laine

Nouvelle Albertine

Ça faisait un moment que je n’ai rien posté, mais aujourd’hui j’ai le plaisir d’écrire sur une laine locale: l’Albertine de De Rerum Natura.

Comme vous devez le savoir déjà, De rerum natura est une boutique de laine trrrès française, fondée par Solenn il y a environ 5 ans 🙂 Elle commercialise des fils non seulement produits – lavés, filés, teints – en France, mais dont la laine elle-même, c’est-à-dire le toison de moutons à partir duquel fils sont produits, est aussi française. Et la laine (mérinos!) est également issue d’une race française, Mérinos d’Arles.
Ses fils cardés, Gilliatt, Ulysse et Cyrano, assez bruts, sont mieux connus, peut-être pour leur excellent rapport qualité-prix 😉 mais Solenn commercialise aussi des fils un peu plus sophistiqués, faits à partir de la laine peignée. L’Albertine est un fil de catégorie « fingering » (se tricote avec l’aig n°3 en général), et sa grande-sœur Pénélope est un fil DK (se tricote avec l’aig n° 4).
Les deux fis étaient faits avec 100% mérinos, mais il y a eu un changement de composition au mois d’avril et 10 % de soie a été ajouté pour notre grand plaisir 🙂 Et c’est cette version que j’ai achetée, en deux coloris.

J’ai d’abord acheté Brume.

Ce coloris m’a paru un peu trop bleu pour un pull que je pensais tricoter, du coup j’ai acheté aussi le coloris Sauge. Et j’en suis ravie 🙂


La couleur est un peu difficile à qualifier, mais je dirais un vert d’eau subtilement grisé!

Le fil est bien retordu et rond, et comme vous pouvez le voir avec l’échantillon, il met en valeur des points « texturés ». Il doit être parfait aussi pour les torsades ou autres motifs en relief.
Le site dit qu’une pelote de 50 g a 200 mètres et l’échantillon est de 28 m x 40 rgs avec l’aig n° 2,5. L’échantillon de la photo est tricoté avec l’aig n° 3,5 et a donné 24 m x 40 rgs pour ce point, 32 rgs en jersey endroit, et le rendu ne me paraît pas trop lâche.

Je n’ai jamais utilisé l’ancienne Albertine avec 100 % mérinos, donc je ne peux pas comparer les deux versions, mais d’après mes expériences avec des fils similaires (mélange mérinos-soie), ce 10% de soie n’est pas très « visible » sur le fil: la brillance que peut donner la soie est plutôt discrète ici. Mais je me presse d’ajouter que l’Albertine est un fil non traité « superwash », et que la laine mérinos est habituellement très matte, comme vous pouvez le constater avec la Gilliatt ou l’Ulysse. Si les fils 100% mérinos que vous avez utilisés jusqu’ici étaient brillants, c’est probablement dû au traitement superwash, c’est-à-dire revêtement en résine ou en silicone, oui en plastique!
Je pense que la soie ajoute également le soyeux (😀) au toucher, car il est plus doux que des fils « non traités ».

Et le pull que je voulais tricoter est mon pull Grown-up Starry aux manches montées. Je suis au stade de « tricotage et mise au point » mais j’espère pouvoir faire appel aux testeuses prochainement!

laine

Laine féroïenne

Vous devrez certainement savoir que tenir son engagement n’est pas une chose aisée. Le mien en matière de l’achat de laines est de « préférer » celles européennes. Et j’ai le sentiment de devenir de plus en plus tatillonne, exigeante, quant à l’origine de matière première, lieu et procédé de fabrication, etc., et ceci réduit beaucoup le choix.
J’ai pourtant acheté récemment une laine pour une grande partie européenne et je voudrais la partager avec vous.
Continue reading

laine

Laine britannique – guide d’achat de la laine locale

Dans un récent billet où je parlais d’une laine très locale, j’ai « déclaré » que j’essayais d’acheter des fils européens. Ce principe est souvent ébranlé devant les magnifiques photos de laine teinte à la main des réseaux sociaux, et je me permets de temps en temps de ne pas l’observer car je ne suis pas du genre « radicale », mais j’essaie quand même de le tenir le plus souvent possible. Et j’ai été confrontée récemment à un dilemme auquel je ne m’attendais pas.
Continue reading

laine

Laine très très locale

Comme toutes les amatrices de laine, j’adore les fils teints à la main pour leurs couleurs nuancées ou vives, pour la variation de tons, pour la douceur… bref pour tout! Et j’aime particulièrement ceux de Malabrigo (Uruguay) et de Madelinetosh (States).
Mais l’Amérique est loin, très loin de la France !
Continue reading