laine & terminés!

Moustache de fonty et des Tabbies d’hiver

Oh, cela faisait encore longtemps que je n’ai rien posté sur mon blog.
J’étais plutôt occupée (et même préoccupée) cet été par un design à rendre et je n’ai pas beaucoup tricoté, donc pas grand chose à partager avec vous. Je parlerai de cette aventure dans un autre billet et cette fois-ci, je vais écrire un « avis conso » d’une nouvelle laine, nouvelle pour moi et assez nouvelle sur le marché.

Il s’agit de la Moustache de fonty, sortie en automne-hiver 2020 (ça fait juste 1 an et quelques mois!).
Cette marque creusoise est une filature historique comme chacun(e) d’entre vous le savez, et j’utilise souvent leurs laines pour mes modèles (Top-down MLBC et Alexandre II), car elles sont produites en France.

La Moustache a attiré mon attention dès sa sortie car la composition me paraissait très bien. Elle contient en effet 50% de mérinos, 30% de super kid mohair et 20% de soie. Les coloris, doux et profonds, sont très beaux, mais je trouvais qu’elle était un peu fine. Une pelote de 50g a 225 mètres, et quoique fonty la classe comme Sport ou DK (se tricote en n° 3,5 à 4), il me semble que, avec un échantillon de 28 mailles et ce métrage, elle se classerait plutôt fingering (se tricote en n°3 ou moins), et même assez fine pour le fil fingering. Quand le fil est fin, on peut le tricoter avec un fil en mohair de catégorie lace, mais elle contient déjà du mohair. Je trouvais dommage de ne pas l’apprécier tel qu’elle est ! Mais je n’ai pas assez de courage de tricoter un pull avec cet échantillon et je ne savais pas comment l’utiliser.

Et cet hiver, ma fille a voulu avoir une autre paire de Tabbies longues, dans le coloris de la Malabrigo Sock que je réservais pour moi!
Finalement j’ai concédée et c’est à ce moment-là que j’ai eu l’idée d’utiliser cette laine pour mes Tabbies.
J’avais appris au cours de mon travail de traduction que les châles en dentelle peuvent êtres bloqués de façon « agressive » s’ils ont été tricotés avec un fil qui contient de la soie. J’avais aussi lu quelque part que le mohair est un nylon naturel et peut le remplacer. Du coup, cette laine serait parfaite pour les chaussettes ?

Je vous montre quand même une photo des Tabbies longues de ma fille, dans le coloris Ochre de la Malabrigo sock que j’affectionne particulièrement.

La taille tricotée est la 2 (équivalent 37), la jambe – à partir des côtes jusqu’aux rangs raccourcis du talon – mesure 11 cm et j’ai utilisé 58g en tout.

Pour la Moustache, j’ai choisi un coloris similaire.

fonty Moustache: #0406
Il est plus orangé et plus foncé que l’Ochre, mais j’aime bien aussi ce coloris moutard mordoré!

Et comme il y avait suffisamment de laine, j’ai décidé de tricoter la jambe encore plus longue que celle des chaussettes pour ma fille. J’ai d’abord changer le numéro d’aiguilles après les côtes mais je trouvais que la partie jambe était un peu lâche. Là j’étais en train de la re-tricoter avec des aiguilles avec lesquelles j’ai tricoté les côtes.

J’ai tricoté 13 cm tout droit donc avec des aiguilles fines jusqu’à arriver à l’os de cheville, puis 2 cm avec des aiguilles pour tricoter le pied, plus grosses d’un quart de numéro, avant de commencer des rangs raccourcis du talon. Puis j’ai suivi les instructions à la lettre.

Et voici les chaussettes terminées portées.
Avec 15 cm de jambe, le haut des chaussettes sont cachées par le bas du jean mom (je les ai retroussés ici pour montrer les chaussettes mais je ne le porte jamais comme ceci car il est trop court).

Et cette laine est-elle parfaite pour les chaussettes? Je répondrai par un grand oui!
L’échantillon « standard » est de 28 mailles pour Moustache mais je n’ai eu aucune difficulté pour obtenir l’échantillon de 32 mailles du modèle, comme je m’y attendais. Comme le fil est plus fin, les chaussettes obtenues sont plus fines aussi, mais malgré la finesse, les chaussettes sont douces et chaudes, probablement grâce à la présence du mohair, et simplement divines ! C’est le pied pour mes pieds 😁

J’ai créé un nouveau hashtag pour cette version longue. Les chaussettes se disent kutsushita en japonais, du coup j’ai collé kutsushita et tabbies. Utilisez donc #kutsushitabbies quand vous posterez des photos de Tabbies longues !

laine & terminés!

Pull Caroline

En dehors de mes designs originaux (qui restent dans les tuyaux pour le moment), j’ai tricoté deux pulls créés par d’autres designers cet automne-hiver. Si vous avez déjà créé un modèle, vous devez savoir comment vous pouvez être reconnaissante envers les autres créateurs qui ont pensé à tous les détails, calculé les nombres de mailles et de rangs, et tout écrit… J’aime bien créer des modèles de zéro et c’est une immense joie de voir mes idées prendre forme mais j’apprécie aussi ce plaisir de juste suivre les patrons des autres créateurs et obtenir ce que je vois en photos!

J’ai donc tricoté le pull Caroline créé par eri shimizu, et le pull KP yoke – Rasen par Ririko, tous les deux crées par des créatrices japonaises talentueuses et #strandsoflifeedited 🙂
Continue reading

terminés!

Châle Out of Darkness !

Comme vous le savez, on a eu chaud cet été. Je tricote habituellement de la laine de mouton même en été, mais ce n’était vraiment pas possible cet année! J’ai tricoté du lin et de la soie à la place.

J’ai d’abord tricoté Iris par Ririko – j’ai acheté un fil en lin quand la météo a commencé à annoncer la canicule du mois de juin et je me suis félicitée d’avoir eu cette idée 🙂

Continue reading

terminés!

Seacoast français

Certaines d’entre vous savent que j’ai tricoté un pull Seacoast pas si longtemps. J’aime vraiment ce design de Joji Locatelli, et quand j’ai vu le coloris Poivre Blanc chez De Rerum Natura, j’ai tout de suite voulu tricoter une version d’hiver avec !

Et, malheureusement, j’ai feutré mon premier Seacoast… Je l’ai lavé à la main mais a voulu l’essorer à la machine (essorage doux). Mon lave-linge a eu du mal à trouver l’équilibre avec seulement un pull trempé et lourd pour se lancer en essorage, et mon pull continuait à monter et tomber dans la machine… Quand je me suis rendue compte, le pull avait perdu tout sa souplesse et les mailles caractéristiques de l’empiècement ont été tout aplaties.
Et cet événement malheureuse et fortuit a précipité ma décision de tricoter un second pull.

J’ai donc utilisé la Gilliatt en coloris Poivre Blanc. Pour celles qui ne le savent pas encore, la Gilliatt ainsi que d’autres fils de chez De Rerum Natura sont fabriqués essentiellement avec de la laine (toison) du mérinos français (pas seulement la race, mais le lieu de production), et tous les processus de fabrication se font en France et dans des pays voisins (Italie et Belgique si je me souviens bien).
Mon second Seacoast est donc français, à la différence de mon premier qui était britannique (mais pas tout à fait européen).

Je n’ai pas pu obtenir l’échantillon du modèle (19 m au lieu de 18), j’ai donc suivi l’explication pour la 3ème taille pour tricoter une taille entre la 2nde et la 3ème.

Seacoast a une encolure dégagé, un chouia trop large à mon goût (je vais avoir froid en hiver!), et je l’avais déjà modifié quand j’ai tricoté le premier. J’ai commencé le pull avec le même nombre de mailles mais tricoté l’empiècement plus long de sorte qu’il me couvre plus les épaules. Cette customisation était plutôt réussie, sauf que j’ai utilisé la même aiguille pour tout l’empiècement (pourtant plus fine que pour le jersey) et que l’encolure avait tendance à se détendre à l’usage.

(mon premier Seacoast britannique)

Cette fois, pour les premiers tours d’encolure, j’ai donc utilisé une aiguille plus fine d’un demi numéro que celle utilisée pour l’empiècement – et je peux vous dire que tricoter une laine assez grosse avec une aiguille n° 3,5 n’est pas facile. Puis, j’ai tricoté l’empiècement plus long, fait des rangs raccourcis en côtes. Le corps en jersey est en revanche plus court et les manches plus longues que l’original (et je vous recommande de tricoter des manches plus longues pour des pulls plutôt près de corps à empiècement rond).

Et juste terminé, le pull paraissait un peu « rigide », avec plein de fronces au niveau du début de jersey, l’encolure toute serrée, bref pas terrible. Mais le blocage – j’ai surtout « ouvert » les côtes – a réglé tous ces problèmes, ouf !

L’empiècement fortement customisé ressemble à ceci : l’encolure est beaucoup plus petite que sur l’original, et aussi un peu plus petite que celle du premier (et c’est important pour les pulls d’hiver !).

Il est un peu trop chaud pour la fin avril (mais il paraît qu’il ne faut pas se découvrir d’un fil jusqu’à aujourd’hui), mais j’ai quand même pris quelques photos.

Mon Seacoast français en Gilliatt paraît plus simple et plus rustique, avec moins de drapé que le premier, tricoté en Lyonese qui est composée de laine et lin. Je l’aime bien comme il est, mais il n’est pas exclu que je tricote un autre Seacoast avec la Lyonese !

terminés!

Bonnet Bêê

Si vous êtes tricoteuse, vous aimez les moutons (ou on peut même dire que si vous ne les aimez pas, vous n’êtes pas tricoteuse!).
J’aime forcément les moutons, c’est donc avec le même enthousiasme que les tricoteuses du monde entier que j’ai découvert le Baa-ble Hat de Donna Smith, il y a de cela 2 ans.
Continue reading